simplebooklet thumbnail

DIX ANS ET PLUS : simplebooklet.com









Projet Kolwezi asbl Luxembourg  

DIX ANS ET PLUS

 







Extrait de l'origine et développement 
Mai 2007: 
  Naissance du Projet Kolwezi. 
  Développement et création de l'idée. 
  Prise de contact avec les responsables sur place. 
  Création et élaboration du plan. 
  Etablir l'entreprise. 

Mars 2008: 
  Premier envoi des dons. 10 enfants nécessiteux ont pu être 
soutenus 

Septembre 2008: 
  A la rentrée 2008/2009, il était déjà possible de subventionner 
  32 enfants, grâce à l'intérêt de beaucoup d'entre vous. 
  Financement de matériel informatique. 


Projet Kolwezi asbl Luxembourg 



Septembre 2009/2010: 
  Le projet a subventionné 35 enfants. 
  Financement de livres. 

Année 2010/2011:  
  Le projet s'est chargé de 36 enfants nécessiteux. 

Janvier 2011: 
  Création de l'asbl. 

Rentrée 2011/2012: 
  Subventionnement de 50 enfants. 
  Financement de livres. 

Année scolaire 2012/2013:   
  75 filles sont inscrites. 
  Financement de livres. 

L'objectif 2013/2014: 
  Subventionner 100 enfants. 


Rentrée 2014/2015: 
  Subventionnement de125 filles. 

 


Rentrée 2015/2016: 
  Financement de 125 élèves. 

Année scolaire 2016/2017: 
  Ajoute de 25 élèves, ce qui fait 150 inscriptions. 

Année scolaire 2017/2018: 
  Epauler 150 filles. 













 Année scolaire 2018/2019:


        . Epauler 150 filles.


         Projet d'appui à la prise en charge de la scolarisation des enfants vulnérables.


 

Notre dogme : 
Eduquer, c'est changer le monde 

Jetons un coup d'oeil sur quelques chiffes: 

Population Kolwezi: 1.078.568 habitants (2017)  

Croissance démographique/an: 3,30% 
Espérance de vie :  59ans 
Taux de natalité: 43,69 ‰ (2015) 
Indice de fécondité:  6,2 enfants/femme 
Taux de mortalité infantile: 72 ‰ (2015)




 



 







 

Situation sociale
Malgré  une baisse du taux  de pauvreté de 71%  à  64%  entre 2005  et
2012, la RDC compte encore parmi les pays les plus pauvres du monde et
se situe au 176e rang (sur 187 pays) du dernier indice de développement
humain  calculé  par  l’ONU  (2015).  Selon  l’ONU  environ  2,3millions  de
personnes  sont  déplacées  ou  réfugiées  en  RDC  et  323000  Congolais
résident dans des camps de réfugiés en dehors du pays. L’éducation est 
un  droit  humain  vital,  qui  joue  un  rôle  crucial    dans  le  développement
humain, social, et économique d'un pays.
L’éducation est un droit humain
Malgré de grands progrès au cours des dernières années, des millions
d’enfants  se  voient  encore  privés  de  leur  droit  à  l’éducation.  L’accès
limité à l’éducation est un des moyens les plus avérés de transmission de

 

la pauvreté d’une génération à l’autre. L’éducation est un droit humain
vital. Déclaration universelle des droits de l’homme, inscrit dans la et la 
Convention des Nations Unies relative aux droits de l’enfant. 


Chaque  fille  et  chaque  garçon  ont  droit  à  une  éducation  de  qualité,
vectrice  de  meilleures  chances  dans  la  vie  notamment  en  termes
d’opportunités, de santé et de participation au processus politique.


 

L'investissement dans  l'éducation génère d'importants avantages  en
termes de développement.

L’éducation  réduit la  pauvreté, stimule la  croissance économique et
augmente le revenu. Elle multiplie les chances pour l’individu de mener
une vie saine, réduit le taux de mortalité maternelle et lutte contre les
maladies telles que le VIH et le SIDA. L’éducation peut favoriser l’égalité
des sexes, réduire le nombre de mariages précoces et promouvoir la paix.
En résumé,  l’éducation  est  un  des  investissements les  plus  importants
qu’un pays puisse faire dans son peuple et son avenir.












Officiellement adoptés lors de l’Assemblée générale des Nations unies
en  septembre 2015, les  Objectifs  mondiaux pour  le  Développement



durable  posent  le cadre du  programme de développement pour  2016 –
2030. L’Objectif mondial 4 sur l’éducation vise à « garantir à tous une
éducation  de  qualité  inclusive  et  équitable  et  à  promouvoir  des
opportunités d’apprentissage tout au long de la vie.» 

Une fille sur 5 ne va pas à l'école.  




 













Pourtant, l'éducation est le principal levier pour rompre le cycle de la
pauvreté. Eduquer les filles, aujourd'hui, c'est diminuer, demain, la
mortalité infantile, les mariages et grossesses précoces... et c'est aussi
leur permettre, demain, de prendre en main leur avenir.
Pourquoi  est-ce  important?  Aujourd’hui,  65  millions  de  filles,  dans  le
monde, sont privées du droit à l’éducation… Demain, elles seront privées
de choisir leur avenir… Que fait Projet Kolwezi Luxembourg?
Depuis 2007, Projet Kolwezi asbl Luxembourg s'est lancé dans la vision
de changer le monde et de donner accès à l’école à 4000 filles du Kolwezi,
pour lutter efficacement contre les freins à l’éducation. A ce jour 150
filles ont été scolarisées grâce à nombreux d'entre vous, endurance et
passion. Dorénavant il reste encore beaucoup à faire.




Faits et chiffres :
  Les inscriptions dans l’enseignement primaire dans les pays en 
développement ont atteint 91%, mais 57 millions d’enfants n’ont
toujours pas accès à la scolarité. 
  Plus de la moitié des enfants qui ne sont pas inscrits à l’école 
vivent en Afrique sub-saharienne.
  On estime que  50%  des enfants en  âge  de  fréquenter l’école 
primaire  qui  ne  sont  pas  scolarisés  vivent  dans  des  zones
touchées par un conflit.
  Dans le monde, 103 millions de jeunes n’ont pas acquis les savoirs 
de base et plus de 60% d’entre eux sont des femmes.
Education pour tous 2000-2015 : seul un tiers des pays a atteint les
objectifs fixés, selon l’UNESCO.












Education : pourquoi est-ce important  
L'éducation  est  la  clé  qui  permettra  d’atteindre  de  nombreux  autres
objectifs de développement durable. Lorsque les personnes ont accès à
un enseignement de qualité, elles peuvent rompre le cycle de la pauvreté.

L’éducation aide par conséquent à réduire les inégalités et à atteindr
l’égalité des sexes.

Mais pourquoi devrais-je me préoccuper de l’égalité des sexes ?
   




 que  vous  viviez,  l’égalité  des  sexes  est  un  droit  fondamental.  La
promotion de l’égalité des sexes est essentielle à tous les domaines d’une
société en bonne santé, de la réduction de la pauvreté à la promotion de
la santé, de l’éducation, de la protection et du bien-être des filles et des
garçons.
Les femmes, trésor caché de croissance
Chaque euro investi dans les programmes de scolarisation des filles et
dans l’augmentation de l’âge auquel elles se marient génère cinq euros de
croissance. Chaque euro investi dans les programmes d’amélioration des
activités génératrices de revenus pour les femmes génère sept euros de
croissance. 
Aujourd'hui, les femmes représentent la moitié de la population mondiale
en âge de travailler mais elles ne génèrent que 37% du PIB mondial. En
Amérique  du  Nord,  en  Chine,  en  Europe  de  l'Est,  notamment,  ce 
pourcentage monte à 40-41% ; en Inde, il tombe à 17% au Moyen-Orient
et en Afrique à 18% et à 24% en Asie du Sud (hormis l'Inde). 

 

Solutions, souligner l'importance d'une éducation  
Pour  davantage  d'égalité  entre  les  hommes  et  les  femmes,  les
chercheurs préconisent d'agir sur trois leviers : faire en sorte que les
femmes représentent la même force de travail que les hommes, qu'elles
travaillent autant d'heures et qu'elles occupent les mêmes emplois. Ils 
insistent aussi sur l'importance de l'éducation des femmes, de leur accès
aux  services financiers et  à  internet,  et  enfin, ils  estiment  qu'il  faut
donner  aux  femmes  une  protection  identique  à  celle  de  l'homme  au
regard de la loi. 
Les  preuves  sont  irréfutables  :  l'éducation  a  un  impact  direct  sur  la 
santé,  la  nutrition,  l'emploi  et  la  vie  citoyenne.  L'éducation  est
essentielle  à  la  réalisation  de  tous  les  objectifs  du  millénaire  pour  le
développement  car  elle  permet  d'acquérir  les  connaissances  et  les 
compétences pour briser le cycle de la pauvreté et donne les chances
d'un meilleur avenir.




















L'éducation offre le moyen de vivre de façon plus saine et durable. Elle
est également essentielle pour favoriser la tolérance entre les peuples
et contribue à l’instauration de sociétés plus pacifiques.














Réflexion 
Eduquer c'est changer le monde.
L’éducation, depuis la naissance de l’enfant jusqu’à l’âge adulte, est un
mélange de facteurs et d’influences. Deux institutions, cependant, jouent
un rôle primordial et ont des responsabilités éducatives formelles devant
la loi et la société: la famille et l’école. 
Les parents ont toujours été et resteront les premiers éducateurs de
l’enfant.  Ils  ont  le  droit  et  le  devoir  de  mettre  en  place  ses  bases
intellectuelles et émotionnelles et de développer son système de valeurs
et d’attitudes, d’autant plus que l’avenir d’un enfant est fortement
conditionné  durant  la  période  préscolaire.  De  son  côté,  l’Etat,  par  le
système éducatif, doit former les jeunes à devenir de bons citoyens et
de bons professionnels et leur donner les bases d’un apprentissage et
développement personnel tout au long de la vie. 
En Europe, les moyens  et  les capacités à rendre  des enfants de bons
citoyens et professionnels sont donnés et  indispensable. Nous ne nous
posons jamais de questions, ne nous inquiétons pas de la scolarisation et
du développement de nos enfants. Si, par ailleurs, le système était autre,
nous demanderions de meilleures situations et une réforme du système
en culpabilisant l'Etat. Le cas d'un effondrement  du système nous
démontrerait l'importance d'une éducation que nous considérons comme
habituelle.  On  devrait  prendre  davantage  conscience  des  bénéfices
apportés par une  éducation pour l'être humain et le monde entier,  de
même que se rendre compte qu'éduquer c'est créer. Dans notre optique,
l'éducation est une transmission d'informations sur des pensées, idées
ou des raisonnements conçus et exprimés de génération en génération.

 

Pour  bénéficier  de  cette  richesse  mondiale,  l'alphabétisation  est
indispensable. Les filles et les garçons qui apprennent à lire, écrire et
compter transmettront un avenir meilleur à leurs familles et à leurs pays.
Quand  l'éducation  est  améliorée,  de  nombreux  autres  domaines  sont
positivement  affectés.  En  bref,  l'éducation  a  le  pouvoir  de  rendre  le
monde meilleur. 
Vivre une telle richesse dans un pays où l'économie fonctionne et l'Etat
s'investie est devenu standard, pourtant ce n'est pas le cas dans un pays
comme la République Démocratique du Congo. 
Durant  les  dernières  décennies,  sous  des  gouvernements  dont
l'éducation n'était pas leur premier souci, la dictature, et la pauvreté de
l'Etat congolais, l'Etat s'est désengagé de l'éducation. L'effondrement
du système éducatif cause un réel problème social et même économique
dans un pays en développement. 
Qui est-ce qui construit le monde? Ce sont les enfants qui forment le
future et développent leur pays. En leur offrant une éducation de base
dans un environnement sain, adapté à leur culture et rythme de vie, ils
vont  développer  leur  esprit  et  avancer  vers  un  meilleur  avenir.  En  la
République Démocratique du Congo ils ont constaté qu'il faut améliorer
leur système éducatif en l'adaptant aux enfants congolais pour pouvoir
développer leur pays vers son origine. 
Dès l’année scolaire prochaine, l’école primaire, en RD Congo passe de 6 
à 8 ans. 
L’école primaire passe de 6 à 8 ans sur toute l’étendue de la RDC dès

 

l’année  scolaire  2018-2019.  L’information  a  été  donnée  à
ACTUALITE.CD  par  Gaston  Musemena,  ministre  de  l’Enseignement
primaire, secondaire et professionnel (EPSP).
« C’est dans le cadre de la réforme de l’enseignement. Nous voulons
améliorer l’enseignement de base. Il n’y aura plus de 1ère et de 2ème
secondaire. On parlera désormais de 7e et de 8e. Ce n’est pas que la
dénomination qui change, il y a aussi la charge horaire. Tout cela sera
formalisé dans un document qui sera publié»
a dit le ministre.
Actuellement, les six premières années sont appelées « primaires » (6
à 12 ans). Elles sont suivies de deux années de cycle d’orientation et
quatre  années  de  cycle  secondaire  appelé  aussi  Humanités.  Ce
système éducatif est hérité de l’enseignement au Congo belge.
Selon le programme national, l’enseignement primaire a pour but de
préparer l’enfant à la vie, de lui donner un premier niveau de formation
générale, physique, civique, morale, intellectuelle et sociale. Il a pour
objectif  l’instruction  fondamentale  :  écrire,  lire,  calculer  ;
comprendre et s’exprimer en langue congolaise et en langue française.
Il vise aussi à inculquer à l’enfant des comportements et attitudes qui
traduisent  un  éveil  développé  des  facultés  intellectuelles,  morales,
sociales et physiques.
En  plus  d’un  de  la  qualité  de  l’enseignement,  le  système  éducatif
congolais  est  critiqué  notamment  pour  son  infrastructure
insuffisante, la modicité du salaire de l’enseignant et son attractivité.
Selon  des  chiffres,  environ  4 millions  d’enfants Congolais vont à



l’école,  mais  ceci  représente  seulement  la  moitié  de  tous  ceux  qui
devraient être à l’école. Lorsqu’un groupe de 100 enfants sont inscrits
en première année, seulement 51 d’entre eux resteront à l’école et
termineront  la  sixième  année.  De  ce  chiffre,  moins  de  la  moitié 
réussiront à leurs examens et obtiendront un certificat national. 
Depuis 2007 le Projet Kolwezi a enchainé dans   le projet éducation 
pour tous. Nous avons choisi le Kolwezi puisque c'est une des régions les
plus  pauvres  de  la  République  Démocratique  du  Congo.  Pour  vous
rapprocher à la situation générale au Kolwezi nous enluminons quelques
chiffres importants de 7 écoles gérées par des sœurs de la congrégation
et des laïques. 
  7 écoles: dont 4 à la cité (milieu pauvre), 3 en ville dont 2 jardins 
d'enfants, 1 école technique 'coupe et couture', 1 école
secondaire (option sciences et science sociales), 3 écoles
primaires. 
  Soit un total d'environ 5600 élèves pour 128 professeurs. 

Chez les sœurs
Le nombre total d’élèves est d’environ 5600 élèves dont 860 au lycée.
Nombre  de  professeur  total  travaillant  dans  nos  écoles :  128 
professeurs, temps plein ou temps partiel.
Salaire d’un professeur :  l’était paie (quand il paie !) entre 30$ et 60$.
(Jusqu’à il  y a 2 ans,  le salaire était de  5$.  Mais il  y a  eu des grèves

 

générales  importantes  qui  ont  abouti  à  une  majoration  du  salaire.
Néanmoins, les versements de l’état restent réguliers.)
Ce salaire est complété par l’école grâce à ce que paient les parents, ce
qui occasionne de nombreux problèmes dans le système scolaire et des
difficultés  financières  dans  les  familles.  Bon  nombre  d’enfants  sont
exclus de la scolarité car leurs familles n’ont pas les moyens de payer le
FIP  (fonds  d’intervention  provisoire,  c’est  ainsi  qu’on  appelle  la 
participation des parents et depuis, rendue obligatoire dans les faits !)

Situation politique et économique à Kolwezi
La Gécamine, le plus grand employeur du Katanga, extraction minière est
en faillite. Mais aujourd’hui, des petites firmes indiennes, asiatiques et
canadiennes  ont  repris  l’activité  d’extraction  et  l’activité  a  repris,  la
situation économique s’est légèrement améliorée.
Il faut compter que 40% de la population a un emploi correct, dans ces 
mines,  dans  l’administration…  ont  des  revenus  qui  leur  permettent  de
payer les frais de la scolarité de leurs enfants.
Par compte, il faut compter que 60% de la population est très pauvre, n’a
pas de travail, ou fait de petits boulots, qui ne leur permettent pas de
payer les frais de scolarité de leurs enfants, ou de manière irrégulière.
Ainsi, des enfants viennent quelques mois à l’école, puis faute d’argent,
ils ne viennent plus, ou ils reviennent l’année d’après. Il est très fréquent
de rencontrer des enfants de 15 à 16 ans en fin de primaire car ils sont
continuellement déscolarisés,



Les problèmes particuliers : 
  Malnutrition des enfants 
  Manque de sources de documentation pour les professeurs 
(préparation des cours) et les élèves (travaux à faire)
  Les professeurs n'étant pas ou mal payés, l'Etat ne donnant aucun 
subside aux écoles et les familles n'ayant pas les moyens de payer la
scolarité, les sœurs sont en perpétuelle recherche de projets pouvant
assurer  un  autofinancement  du  fonctionnement  quotidien  des
établissements. Une classe compte souvent 50 enfants ou plus.



Les besoins  
Les enfants n’ont pas de cahiers, de livres, même les professeurs n’en
ont pas. 
L’uniforme est obligatoire. C’est nécessaire, sinon les enfants
viendraient sans vêtement à l’école. 
Parmi les activités européennes, il faut encore citer les nombreux amis,
associations et partenaires qui soutiennent nos activités par leur apport
financier et la richesse de leurs questions et remarques, nous poussant
ainsi à répondre de manière plus pertinente aux besoins de la société.
Parmi  eux,  à  titre  d’exemple,  une  association  luxembourgeoise  qui
soutient 5 écoles de Kolwezi.
Ce partenariat remonte à une réunion entre les membres du comité des
parents  du  EPND  pendant  l’année  2007.  Quelques  mois  après  leur



réunion,  les  membres  ont  instauré  un  système  de  parrainage  pour  les
enfants fréquentant une école maternelle de la Cité, quartier très
populaire  de Kolwezi.  Petit  à petit, le projet  s'est développé.  Au  tout
début, il nous était possible de scolariser 10 enfants. Au fil des années
nous sommes arrivés à pouvoir donner une chance à un meilleur avenir à
150 filles. Imaginez quelle évolution cela entraine, pour l'individuelle, les
familles, la société, le pays et fin de compte, le monde! Eduquer une fille, 
cela se multiplie.



 





Concrètement nous travaillons dans 3 dimensions
Recherche de parrains qui s’engagent à faire des dons financiers dans le
but de couvrir les frais scolaires d’un ou plusieurs enfants. L’intervention
est  centrée  sur  la  prise  en  charge  des  frais  d’inscription  (FIP),  des
uniformes et du matériel scolaire de base (cahier, crayon,…) En retour
de  leur  soutien,  les  parents  devraient  recevoir  des  nouvelles  de  leur
filleul/e via des envois groupés émanent des sœurs du Congo. Il n’y a donc
en principe pas de contact direct entre les parrains et leur filleul/e, ceci
pour éviter des débordements et unifier l’aide reçue pour chacun.
Recherche de dons financiers provenant d’entreprises et de particuliers
qui ne souhaitent pas se lier moralement ou qui préfèrent effectuer un
don  ponctuel.  Ces  dons  servent  de  «  réserve  financière  »  en  cas  de
défection d’un parrain et peuvent également être utilisés pour des
demandes particulières.
Recherche de financements via l’organisation d’événements (ex. : foires
aux  livres, marché de Noël, Charity  Event  annuel…)  pour financer  des
projets spécifiques et plus importants. Par exemple, une demande a été
faite  de  pouvoir  acheter  les  livres  scolaires  de  français  et  de
mathématiques pour toute une école. Ces livres seraient alors prêtés aux
enfants qui les rendraient à la fin de l’année scolaire, permettant ainsi à 

chaque enfant de bénéficier des manuels sans devoir porter le coût.



Nouveauté 2018/2019Le shop du Projet Kolwezi 
 

Nouveauté 2019/2020: Ferme avicole et vente de produits avioles. Projet d'appui à la prise en charge de la scolarisation des enfants vulnérables. (Documenté pages suivantes)


 
DIX ANS ET PLUS Projet Kolwezi asbl Luxembourg   Hier eingeben

Projet Kolwezi asbl Luxembourg  Extrait de l origine et d  veloppement Mai 2007                       Naissance du Projet ...
Septembre 2009 2010           Le projet a subventionn   35 enfants. Financement de livres.  Ann  e 2010 2011       Le proj...
Rentr  e 2015 2016       Financement de 125   l  ves.  Ann  e scolaire 2016 2017       Ajoute de 25   l  ves, ce qui fait ...
Notre dogme   Eduquer, c est changer le monde  Jetons un coup d oeil sur quelques chiffes   Population Kolwezi    Hier ein...
Croissance d  mographique an  3,30  Esp  rance de vie    59ans  Taux de natalit     43,69      2015   Indice de f  condit ...
 Hier eingeben
 Hier eingeben
Situation sociale Malgr   une baisse du taux de pauvret   de 71     64  entre 2005 et 2012, la RDC compte encore parmi les...
la pauvret   d   une g  n  ration    l   autre. L     ducation est un droit humain vital. D  claration universelle des dro...
L investissement dans l   ducation g  n  re d importants avantages en termes de d  veloppement. L     ducation r  duit la ...
Officiellement adopt  s lors de l   Assembl  e g  n  rale des Nations unies en septembre 2015, les Objectifs mondiaux pour...
durable posent le cadre du programme de d  veloppement pour 2016     2030. L   Objectif mondial 4 sur l     ducation vise ...
Pourtant, l   ducation est le principal levier pour rompre le cycle de la pauvret  . Eduquer les filles, aujourd hui, c es...












La maxime “Eduquer, c'est changer le monde” et
soulignons que l’éducation est à la base du développement
de tout être humain et de la société: c'est notre défi. 






 © 2020 by Martine Haagen.