simplebooklet thumbnail

 I.   Le phénomène des grossesses précoces   

  1. La Grossesse

  2. Phénomène en Amérique-latine

  3. Phénomène en République Dominicaine

  4. Causes

  5. Conséquences

II.   Témoignages

  1. Témoignages d’adolescentes enceintes

  2. Entretien avec une gynécologue

  3. Enquête auprès d’élèves d’une école privée et d’une école publique

 III.  Les moyens mis en place en République Dominicaine

  1. Moyens de contraception

  2. Centres d’assistance

  3. Campagnes d’informations

Pour commencer...

 

L’adolescence peut être définie comme une étape du développement de la personnalité partagée  entre la rébellion et l'acceptation des normes et valeurs, c’est un bouleversement hormonal entre la fille et la femme dont le début est marqué de manière précise par les changements physiologiques propres de la puberté.

C’est aussi l'âge des premières expériences amoureuses et sexuelles ainsi que contraceptives.

La grossesse chez les adolescentes a toujours été un motif de préoccupation par les risques qu’elle amène, tant pour la femme que pour l’enfant.

Ces jeunes femmes peuvent être aidées à travers des programmes, propositions, plans, projets et interventions encouragés par des centres publics et privés, en incluant le gouvernement et les organisations de la société civile ainsi que des organisations de coopération internationale.

Les grossesses précoces sont un problème depuis longtemps, quotidiennement on observe des jeunes femmes enceintes soit dans la rue, les ecoles ou d'autres lieux.

 

I.  Le Phénomène des grossesses précoces

Mais... Comment se forme une grossesse?

 

Dans l'espèce humaine, le fonctionnement de l’appareil reproducteur est contrôlé par le complexe hypothalamo-hypophysaire et par les gonades.

Les neurones de l'hypothalamus libèrent la GnRH, une neurohormone, qui provoque la stimulation de l’hypophyse, qui libère à son tour LH et FSH, hormones ayant une action stimulatrice sur les gonades.

Les gonades libèrent elle aussi des hormones: testostérone chez le mâle, oestrogènes et progestérone chez la femelle. Elles ont une action sur les organes génitaux, et les gonades, et exercent par ailleurs une action en retour sur le complexe hypothalamo-hypophysaire.

La connaissance de ces mécanismes permet de comprendre et de mettre au point des méthodes de contraception féminine préventive, basées sur la prise d’hormones de synthèse simulant les effets des hormones naturelles. Ainsi,la prise d'oestroprogestatifs permet d’installer un rétrocontrôle négatif sur le complexe hypothalamo-hypophysaire perturbant l’ovulation. Elle a aussi une action sur l'endomètre et des glaires cervicales.

Phénomène en Amérique latine

Phénomène en République Dominicaine

 

Depuis une vingtaine d'années, on constate en République Dominicaine un développement au niveau des grossesses précoces chez les adolescentes. Ceci est devenu encore plus préoccupant puisqu’un quart des accouchements dans les hôpitaux publics sont le fait d’adolescentes. D'après une étude faite par les Nations Unies, aujourd’hui la République Dominicaine est le 3e pays d'Amérique Latine ayant le plus de jeunes filles enceintes avant 18 ans.

La fécondité a considérablement diminué dans le pays au cours des dix dernières années, le taux de fertilité était de 3 enfants par femme a la fin de 1999 selon ENHOGAR-2006 et aujourd’hui, il est de  2,6 enfants par femme, mais son niveau reste élevé dans certains sous-groupes de la population.

Les jeunes filles issues de classe sociale modeste ont 7 fois plus de chance de tomber enceinte, mais aussi les jeunes filles ayant reçu peu d'éducation ont 4 fois plus de probabilité d’avoir un enfant jeune.

La moyenne nationale des grossesses précoces est de 20.5% alors que dans les zones rurales le pourcentage est de 24 %. Cependant, dans certaines régions pauvres le pourcentage peut atteindre  jusqu'à 37%.

Causes des grossesses précoces

Dans les pays en voie de développement, 1 fille sur 3 est enceinte avant ses 18 ans. Une des principales causes des grossesses précoces en République Dominicaine est le manque d'éducation dans les écoles et dans l’environnement familial.

Une très grande partie des écoles sont sous l’influence de la religion, ce qui entraîne une absence totale du thème des relations sexuelles et leurs risques.

Il est vrai que plusieurs années auparavant le sujet des relations sexuelles était traité comme un tabou, mais les jeunes abordaient souvent le sujet entre amis qui ne n’en savaient pas plus qu’eux sur la sexualité..

Puis souvent les adultes n’osent pas aborder le sujet, cependant les choses ont un peu changé aujourd'hui, il y a encore des cas où la plupart des parents ou adultes évitent de parler de cela devant les jeunes car selon eux ils n’ont pas atteint l'âge mature. Justement c’est ici que  le problème se pose. Il y a un manque d’informations auprès des jeunes et des interdictions développent  la curiosité chez les jeunes, ce qui crée une forte tentation.

La pression sociale  (“peer pressure” en anglais) est d’autant plus une cause des grossesses précoces. En effet les adolescents sont parfois obligés de commencer une vie sexuelle à cause d’un groupe d'amis qui menace de les exclure.

Malheureusement, une autre cause des grossesses précoces est les cas des viols. Plusieurs jeunes filles vivant dans des milieux défavorisés sont violées par un membre de leur famille ou un proche.. De même, le thème de la pauvreté est très présent dans ce phénomène.

Les taux de grossesses précoces sont beaucoup plus élevés dans les zones les plus défavorisées du pays.  

 

Conséquences des grossesses précoces

Chaque jour, 194 jeunes filles meurent des suites d’une grossesse précoce, c’est un vrai danger pour les jeunes filles et encore plus pour celles ayant moins de 15 ans puisqu'elles sont cinq fois plus susceptibles de mourir pendant la grossesse ou l'accouchement que les femmes de plus de 20 ans.

De plus les risques pour que le bébé meurt est élevé, il peut aussi souffrir de faible poids de naissance, de  malnutrition ou de développement physique et cognitif retardé.

Une autre des conséquences des grossesses précoces est la déscolarisation des jeunes mamans puisque plus de 50% des jeunes mamans ne retournent jamais ou rarement à l’école après avoir eu un enfant.

Pour continuer, dans plusieurs cultures, l’honneur de la famille repose sur la virginité des jeunes filles. Celles qui tombent enceinte hors mariage sont donc victimes de discriminations et de marginalisations. Elles peuvent même être rejetées par leur famille et deviennent ainsi vulnérables aux violences, abus, esclavage domestique et l’exploitation sexuelle.

Cela entraîne aussi des problèmes psychologiques pour les jeunes filles qui ne sont pas particulièrement préparées à avoir des enfants.

Lors de notre visite au Centro Sanitario de Santo Domingo nous avons rencontré une jeune fille enceinte. Elle a 16 ans et habite un quartier défavorisé de Santo Domingo qui s'appelle ‘Tres ojos’ . Elle nous a raconté que lorsqu’elle est tombée enceinte elle connaissait déjà les conséquences de ses actes et a quand même décidé de garder l’enfant, de s'en occuper sans penser à avorter. Pendant sa grossesse, elle recevra de l’aide de la part de sa famille et du “centro sanitario de Santo Domingo”.

Elle nous a raconté qu’elle continue ses études et que lorsqu'elle aura son enfant elle les continuera pour ensuite travailler afin de subvenir aux besoins de son enfant.

Elle admet aussi que dès le moment ou elle a appris sa grossesse, sa vie a changé et maintenant elle a pris la décision de se protéger et de faire plus attention à elle et à son bébé.

Elle conseille à toutes les jeunes filles de son âge de bien se protéger afin d'éviter une grossesse précoce et d'utiliser un moyen de contraception.

Jeune fille de 16 ans enceinte de 5 mois:

 

 

Témoignage d’adolescentes

II. Témoignages

Candy 21 ans:

Candy est une jeune femme qui est tombé enceinte à l'âge de 16 ans, elle nous a raconté qu’elle ne connaissait pas du tout les conséquences de ses actes. Lorsqu’elle a appris sa grossesse elle a ressenti de la peur, cependant elle n'a pas pensé à l'avortement car elle pensait que dans le pays, les conditions de cette intervention médicale sont dangereuses.

Sa vie avait changé lorsqu'elle a eu son bébé car rien n’était comme avant, elle devait penser à son enfant et aux nombreuses responsabilités d'être mère.

Malgré le fait d'être devenu maman très jeune, Candy a continué ses études pendant et après sa grossesse grâce à l’aide de sa famille.Aujourd’hui avec du recul, elle aurait aimé attendre ses 18 ans au moins pour avoir son premier enfant même si elle ne regrette pas son choix.

Elle conseille aux jeunes adolescentes d'attendre d'être majeure pour avoir un enfant  puisque qu’il y a de forts risques pour la santé autant pour la mère que pour le bébé.

Entretien avec une gynécologue

Le docteur Victoria Milord, gynécologue à l'hôpital 20-30 situé à Santo Domingo Este, nous a reçues pour un interview, elle raconte que chaque jour elle reçoit plus ou moins  3 à 4 jeune fille enceinte qui ont tous un comportement assez différent selon la personne qui les accompagne; si c’est leur maman ou un adulte elles sont plus discrètes, si elles viennent avec une amie ou leur copain, elles sont plus à l’aise et plus ouvertes.

Elle nous informe que les grossesses précoces ont souvent pour conséquences des troubles psychologiques qui changent complètement la vie des adolescentes concernées,elle sont souvent amenées à abandonner leurs études, puis sont souvent victime de rejet envers leur famille ou amie.

 

Les jeunes fille enceinte sont mène à un changement  brutale entre l'adolescence et la vie adulte,puisqu'elle ont plus de responsabilités.

Le docteur Millord propose comme solutions à ce phénomène qu’il y ait une meilleure éducation dans les écoles,qu’il y est plus d’informations  sur les  risques que les relations sexuelles peuvent entraîner.

Pour elle, l'âge idéal pour qu’une femme ait son premier enfant serait après les 20 ans ou plus précisément quand la femme a déjà un certain niveau de maturité pour affronter ce changement de vie

.Pour finir, elle précise que personnellement elle ne pratique pas l’avortement pour des raisons religieuses, mais qu'elle est d’accord pour que l'avortement soit réalisé en cas de risque pour la mère,de viole ou de malformation.

Pour elle, l'avortement devrait être légal, car ainsi il y aurait moins d’avortements et moins de personnes mettraient leur vies en danger en pratiquant un avortement chez elle sans les connaissances et les moyens adéquats .

pour finir,elle nous a raconté l’histoire d’une fille de 15 ans enceinte atteint d’un cancer. Elle a préféré attendre qu’on lui permette de se faire avorter car elle devait se soumettre à une chimiothérapie qui ne pouvait pas être réalisé suite à sa grossesse,elle est finalement décédée.

 

 

III. Les moyens mis en place en République Dominicaine

Moyens de contraception

La contraception désigne l'ensemble des moyens qui permettent à une fille ou un garçon d'éviter une grossesse ou une maladie sexuellement transmissible lors d’une relation sexuelle.

 

  • Le préservatif est le moyen le plus efficace de nos jours puisqu’il prévient à la fois des grossesses mais aussi des IST, le préservatif masculin est une enveloppe en latex qui est déroulée sur le pénis en érection avant le rapport sexuel pour retenir le sperme.

  • La pilule est un comprimé a prendre chaque jour, c’est un médicament hormonal qui bloque l'ovulation et prévient ainsi la grossesse.

  • Le patch contraceptif est un patch à coller soi même sur la peau une fois par semaine pendant 3 semaines, c’est un moyen de contraception hormonal facile à utiliser et efficace.

  • Le diaphragme ou la cape cervicale ressemble a un petit “chapeau”,il se glisse à l'intérieur du vagin au contact du col de l'utérus.

  • Le préservatif féminin est une gaine en nitrile ou en polyuréthane munie d'un anneau souple aux deux extrémités. Il se place dans le vagin, afin de recevoir le sexe masculin au moment de la pénétration. Il peut être mis en place plusieurs heures avant le rapport sexuel.

B. Centres d’assistance

Profamilia

Centro Sanitario

Le Centro Sanitario de Saint Domingue est un centre appartenant au gouvernement,il dépend du ministère de la santé publique.Il est situé dans le quartier de Gazcue près du palais nacional.

Le centre a été crée en 1987 par le Docteur Nei Arias Lora qui à l'époque était le secrétaire général de santé publique,il a mis en place un programme spécialisé pour les adolescentes enceintes afin de leurs offrir divers services.

Ce programme a été mis en place car un grand nombre de jeunes adolescentes visitaient l'établissement chaque jour.

Aujourd'hui le centre offre divers services en médecine, gynécologie obstétrique, pédiatrie,endocrinologie, vaccinations et soins dentaires.

Chaque jour les professionnels de santé reçoivent une cinquantaine de femmes enceintes donc environ 35 sont des adolescentes.

Ces femmes sont suivies durant toute leur grossesse pour ensuite accoucher à la Maternité de la Altagracia de Saint Domingue

En 2016, le centre a reçu plus de 50 000 personnes.