Aspect historique

 

        Pour comprendre comment deux arrondissements voisins peuvent être autant opposés, nous nous sommes rendues à la municipalité de Souissi et à la municipalité de El-Youssoufia.  Monsieur Taoufik Moussaouti , Secrétaire Général de la municipalité de Souissi, a accepté de répondre à nos questions. Nous avons tenté de traduire au mieux ses réponses en langue arabe au français, nous avons ensuite constitué une partie montrant les principales causes historiques, de cette proximité spatiale des deux quartiers.

      L'histoire du découpage administratif, constituant les unités de la ville de rabat, c'est à dire les 5 arrondissements, est le résultat d'une expansion démographique qui a mené à un surpeuplement de la ville. En effet, La ville de Rabat a été fondée en 1150 par les Almohades, qui y édifièrent une citadelle (devenue la kasbah des Oudayas), une mosquée et une résidence. Cette construction, qui correspond en gros à la partie ouest de l’actuelle kasbah des Oudaïas, fut appelée Ribat al Fath (« le Camp de la Victoire »). Ainsi, les grandes orientations de la ville étaient tracées. Les remparts et les portes monumentales de l’époque témoignent aujourd'hui encore de l’ampleur de la ville almohade.

AVant

Après

           Le premier quartier créé fut Hassan car c’était le centre ville ainsi très vite, la population s’est accrue. Tout en menant une politique de décentralisation, la capitale a subi un découpage administratif, facilitant la gestion de la ville. Lorsque l’arrondissement de hassan a été surpeuplé, l’état instaura de nouvelles infrastructures utiles à la population, telles que des écoles, des maisons économiques... à Agdal-Riyad qui est le  deuxième ressortissant du découpage administratif. Ce phénomène créa les 3 autres arrondissements dans l’ordre qui suit: Yacoub el Mansour,  El-Youssoufia et enfin le dernier en 2003, Souissi. 

       De part sa création tardive, souissi devint le quartier du luxe. En effet, étant le dernier arrondissement créé, il bénéficie d’habitations chics et luxueuses. Souissi subit une concentration démographique horizontale, les maisons sont conçues selon le model suivant: rez-de-chaussée +1 ou même juste rez-de-chaussée. De plus les lots vendues sont grands (environ 2000 mètres²) , ce qui contribue à l’embourgeoisement de l’arrondissement. Aujourd’hui Souissi est un quartier résidentiel chic, où vit l’élite de Rabat constituée d’hommes d’affaires, d’ambassadeurs, de ministres ainsi que de hauts responsables de l’état .

 

 

       Quant à l’arrondissement de El-Youssoufia, il se trouva par le sort du hasard tangent à Souissi. Les habitants les plus démunis  de El-Youssoufia sont issus de l’exode rural. En effet, les paysans cultivant les terres agricoles à proximité de Rabat ( Skhirat et alentour) préfèrent acheter ou louer un studio en ville, en l’occurence à El-Youssoufia (car le coût du loyer n’est pas élévé) que de posséder de grandes terres agricoles situées en dehors de la ville. Néanmoins il existe quelques quartiers au sein de l’arrondissement tels que Aviation ou Mabella , dont les habitants appartiennent à des catégories sociales favorisées. A El-Youssoufia, il y a une concentration démographique verticale, comme nous l’avons montré auparavant , il y a beaucoup de logements collectifs et de bidonvilles. Aussi le revenu de l’arrondissement n’est pas significatif car la majeur partie des revenus est issue du travail informel. Il n’y a pas de création de richesse aux yeux de la loi et par conséquent pas d’accumulation, ce qui ne permet pas l’amélioration des conditions de vie dans l’arrondissement. Aussi, au Maroc, en général, ce sont les riches qui bénéficient des prestations et des allocations sociales.