simplebooklet thumbnail

Cahier de travail pour accompagner la plateforme EDUCTOM

of 0
EDUCATOM
Cahier de travail volume 2
© 2017 TOM ANSUINI
Version 1
MOT DE L’AUTEUR
Ce cahier de travail numérique a été conçu pour accompagner la plateforme
pédagogique EDUCATOM. Ce cahier constitue une suite logique et graduée des
notions présentées dans le cahier de travail volume 1. Comme dans le volume
1, ce cahier présente les notions d’une façon progressive suivies d’hyperliens
vers des modules de cours, des exercices et des jeux gradués
que l’élève peut faire en ligne sur EDUCATOM. Tout au long du
cahier, vous retrouverez un pictogramme qui vous indique dans
quel module ou avec quelle application sur EDUCATOM la notion
est abordée. De plus, si vous cliquez sur ce pictogramme, vous
servez immédiatement redirigé vers l’application en question. Vous pouvez
ensuite utiliser les modules spécialisés qui se trouvent dans ces applications
pour étudier, réviser et autoévaluer davantage les notions par des quiz et des
jeux pédagogiques interactifs.
À l’aide de ce cahier, l’enseignant peut préparer une planification progressive
des savoirs tout en maintenant un lien direct avec les meilleurs outils disponibles
sur la plateforme EDUCATOM pour le développement des connaissances sur
une notion. À partir de ce cahier, le choix des bons outils (modules et
applications EDUCATOM) pour la tâche sera beaucoup plus facile et efficace
autant pour l’enseignant que pour l’élève.
Ce cahier peut également être imprimé et utilisé en format papier pour permettre
à l’enseignant d’avoir un outil de planification et à l’élève d’avoir un aide-moire
rapidement accessible. Pour naviguer vers les outils EDUCATOM à partir d’un
format papier du cahier, il suffit de retrouver le module ou l’application par son
nom (indiqué sur le pictogramme) sur la page « LES OUTILS » du site.
Pour les enseignants, nous espérons que ce cahier vous soit utile et qu’il vous
aide à mieux intégrer les TIC et la plateforme EDUCATOM dans votre approche
pédagogique.
Pour les élèves, nous espérons que ce cahier vous aide à mieux comprendre
toutes les notions de la musique ensemble avec les applications et jeux en ligne
sur EDUCATOM.
TABLE DES MATIÈRES
(Cliquez sur une notion pour naviguer directement sur sa page)
Altérations : Équivalents enharmoniques
o Les doubles dièses et les doubles bémols
Exercices et jeux
Gammes : Le cercle des quintes (cinquièmes)
o Les noms techniques
o Construire le cercle des quintes (cinquièmes)
o Comment lire le cercle des quintes (cinquièmes)
o Comment utiliser le cercle des quintes (cinquièmes)
Exercices
o La gamme mineure ancienne (naturelle)
o La gamme mineure harmonique
o La gamme mineure mélodique
Exercices et jeu
Les accords
o Comment construire un accord
o Autres exemples
Exercices
Les intervalles
o La distance
Exercices et jeu
o La quali
Exercices
Jeux
La guitare
o Types de guitares
o Le manche et les cordes
o L’accordage des cordes sur l’instrument
o La position des doigts
o Comment jouer des accords en lisant les tablatures
Exercices et jeux (perception auditive pour l’accordage)
o Tableau des notes sur le manche
o Comment jouer des gammes en suivant les tablatures
Les formes pour la gamme majeure
Les formes pour la gamme mineure naturelle
Les formes pour la gamme de « blues »
ALTÉRATIONS : ÉQUIVALENTS
ENHARMONIQUES
THÉORIE
Un équivalent enharmonique est un autre nom que l’on peut donner à une note
sans change sa hauteur sonore. La hauteur tonale de la note reste pareille, c’est
seulement son nom qui change. Tu peux penser à ce terme de façon :
Une note dièse est toujours jouée un demi-ton plus haut que la note portant le
même nom. La note sera ainsi reconnue par son nom dièse, même si elle peut
porter un autre nom.
Une note bémol est toujours jouée un demi-ton plus bas que la note portant le
même nom. La note sera ainsi reconnue par son nom bémol, même si elle peut
porter un autre nom.
Est-ce que cela veut dire que FA et MI# sont la même note ?
Oui, ces deux notes sont jouées exactement de la même façon sur ton
instrument et elles produisent exactement le même son. C’est seulement la
façon de les écrire sur la portée qui change.
Tu peux donc dire que MI# est l’équivalent
enharmonique de FA et que FA est l’équivalent
enharmonique de MI#.
LES DOUBLES DIÈSES ET LES DOUBLES BÉMOLS
LES DOUBLES DIÈSES
Le symbole double dièse, lorsqu’il est placé devant une note, monte
celle-ci de deux demi-tons (donc, un ton). Ce symbole ne peut pas faire
partie d’une armure. Il est utilisé uniquement comme altération dans une
mesure.
Réflexion 1 : Est-ce que cela veut dire que FA
X
est pareil à SOL?
Oui, FA
X
et SOL sont joes sur la même touche et produisent exactement le
même son. La seule différence, c’est qu’ils ne sont pas écrits de la même façon
sur la portée. FA
X
est donc l’équivalent enharmonique de SOL, et SOL et
l’équivalent enharmonique de FA
X
.
Réflexion 2 : Si MI
X
est pareil à FA#, peut-il aussi être pareil à SOLb,
puisque FA# et SOLb correspondent à la même touche sur le piano?
Oui, MI
X
est joué sur la même touche que FA#, qui est aussi la touche de SOLb.
Cela veut dire que l’on peut donner trois noms à la même note : FA#, SOLb et
MI
X
. Ces trois noms sont tous des équivalents enharmoniques.
THÉORIE (SUITE)
Par ce même principe, tu pourrais dire que FA
X
est l’équivalent enharmonique de
SOL, puisque ces deux noms correspondent à la même note.
En résumé, un double dièse monte une note d’un ton. Sur ton instrument, tu
joues le doigté ou la touche qui se trouve un ton plus haut que la note qui porte
le nom principal et tu l’appelles par son nom double dièse.
Par exemple, tu vois FA
X
sur la
portée. Tu joues cette note sur la
touche qui est un ton plus haut que
FA. En réalité, tu joues le doigté ou la
touche SOL, mais tu l’appelles par le
nom FA
X
, tel qu’elle est indiquée sur
la partition de musique.
LES DOUBLE BÉMOLS
Le symbole du double bémol, lorsqu’il est placé devant une note,
descend celle-ci de deux demi-tons (donc d’un ton). Ce symbole ne
peut faire partie d’une armure. Comme le double dièse, il est utilisé
uniquement comme altération dans une mesure.
Réflexion 1 : Est-ce que cela veut dire que LAbb est pareil à
SOL?
Oui, LAbb et SOL sont joués sur la même touche du clavier ou avec le même
doigté sur ton instrument. Ces deux noms produisent exactement la même note
(la même hauteur sonore), mais elles sont écrites différemment sur une portée.
Tu peux donc dire que LAbb est l’équivalent enharmonique de SOL et que SOL
est l’équivalent enharmonique de LAbb.
Réflexion 2 : Si FAbb, MIb et RÉ# correspondent à la même note, est-ce que
cela veut dire que cette note peut avoir trois noms différents?
Oui, c’est exact. La touche (ou le doigté) jouée pour FAbb, MIb et RÉ# est
toujours la même, puisque c’est à cette touche que nous arrivons après avoir
appliqué un double bémol à FA, un bémol à MI ou un dièse à RÉ. On dit alors
que FAbb, MIb et RÉ# sont des équivalents enharmoniques.
THÉORIE (SUITE)
Par ce même principe, tu pourrais dire que MIbb est l’équivalent enharmonique
de RÉ, et vice versa, puisque ces deux noms correspondent à la même touche
et au même doigté.
En résumé, lorsque tu appliques un double bémol à une note, tu dois la jouer à
un ton plus bas que la note portant le nom principal (DO, RÉ, MI, etc.) et
l’appeler par son nom double bémol.
Par exemple, tu vois MIbb sur la portée.
Sur ton instrument, tu joues la note qui est
un ton plus bas que MI, qui est en réalité
RE, mais tu l’appelles MIbb, tel qu’indiqué
sur ta partition.
EXERCISES
JEUX
Tu peux sauvegarder ta partie et
et accumuler des points pour débloquer
des jeux cadeaux.
Pour chaque module,
règle le niveau de difficulté selon tes habiletés.
Note ton progrès dans ton journal de bord.
Il faut imprimer le carnet de notes
pour jouer à ce jeu. Vous devrez
utiliser les indices que vous aurez
inscrit dans ce carnet pour terminer
chaque niveau.
GAMMES : LE CERCLE DES QUINTES
THÉORIE
Une gamme est une série de notes conjointes définissant une tonalité musicale.
Il existe plusieurs types de gammes (majeures, mineures, pentatoniques, etc.).
Chaque type est construit selon un modèle (une structure) de tons et de demi-
tons unique.
Les deux types de gammes principales dans la musique occidentale sont les
gammes majeures et mes gammes mineures. Tu peux trouver toutes les
informations sur la construction des gammes majeures dans le module ci-
dessous :
Sur une partition de musique, une armure placée au début d’une pièce nous
indique sa tonalité. Cette tonalité peut être majeure ou mineure, selon la note qui
est utilisées comme point stable (appelée tonique) dans la mélodie.
Regarde et joue les deux extraits ci-dessous. Ils ont la même armure (aucun
dièse, aucun bémol), mais ils ont chacun un point stable différent. Joue-les et tu
constateras que le premier extrait est stable quand il est sur la note DO, tandis
que le deuxième est stable lorsqu’il est sur la note LA.
Réflexion : Lequel de ces deux extraits te semble le plus triste?
LES NOM TECHNIQUES
Chacune des notes dans une gamme est représentée par un chiffre (un degré)
qui indique sa position dans la gamme.
La gamme de DO majeur
Le chiffre en dessous de chaque note représente la position de cette note dans
la gamme. Afin de définir la fonction d’une note dans une gamme, nous les
identifions par des noms techniques.
Les noms techniques servent donc à décrire non seulement la position
qu’occupe une note dans la gamme, mais aussi sa fonction par rapport aux
autres notes de cette gamme. Voici une liste complète des noms techniques des
différentes notes dans une gamme.
CONSTRUIRE LE CERCLE DES QUINTES (CINQUIÈMES)
Il existe 15 tonalités majeures et mineures. Les tonalités sont déterminées par le
nombre de dièses ou de bémols qu’elles contiennent. La qualité majeure ou
mineure est déterminée par la note qui sert de tonique dans une pièce musicale.
Tu lis les symboles dièse et bémol sur l’armure de la même façon que tu lirais
des notes sur la portée.
Les dièses et les bémols sont placés dans l’armure dans un ordre prédéterminé
par un système appelé le cercle des cinquièmes ou le cercle des quintes.
Le cercle des quintes commence par DO et monte d’une quinte (cinq degrés) à
la fois pour déterminer la prochaine tonalité contenant des dièses. Le cercle
commence par DO et descend d’une quinte (cinq degrés) à la fois pour
déterminer la prochaine tonalité contenant des bémols.
Le cercle des quintes est appelé ainsi parce
qu’il représente l’enchaînement de tonalités
par des mouvements de cinq degrés dans les
deux sens, formant un cercle parfait.
Pour trouver chaque tonalité contenant
des dièses, tu commences par DO et
1. Tu montes de cinq degrés pour trouver
la prochaine tonalité;
2. Tu ajoutes un nouveau dièse à la
nouvelle tonalité que tu atteins;
3. Tu continues ensuite à la tonalité
suivante en répétant ces 3 étapes
jusqu’à temps que tu atteins 7 dièses.
Pour trouver chaque tonalité contenant
des bémols, tu commences par DO et
1. Tu descends de cinq degrés pour trouver la prochaine tonalité;
2. Tu ajoutes un nouveau bémol à la nouvelle tonalité que tu atteins;
3. Tu continues ensuite à la tonalité suivante en répétant ces 3 étapes
jusqu’à temps que tu atteins 7 bémols.
Ce tableau t’indique toutes les tonalités majeures qui sont possibles ainsi que le
nombre de dièses et de bémols dans chacune d’elles pour qu’elles restent
conformes au modèle majeur.
COMMENT LIRE LE CERCLE DES QUINTES (CINQUIÈMES)
COMMENT UTILISER LE CERCLE DES QUINTES (CINQUIÈMES)
Tu peux maintenant écrire la gamme majeure sur n’importe-laquelle tonalité
simplement en indiquant l’armure et en écrivant tes notes allant de la tonique à
son octave.
Exemple :
Tu veux écrire la gamme de LA majeur, mais tu ne connais pas son armure.
Que fais-tu?
EXERCISES
Module interactif : clique sur les boites
et les textes en bleu pour les activer.
Pour chaque module, gle le niveau de
difficulselon tes habiletés. Note ton
progrès
dans ton journal de bord.
LA GAMME MINEURE ANCIENNE (NATURELLE)
Une fois que tu as une gamme majeure, il suffit de changer le point de stabilité,
la tonique, pour arriver à la gamme relative mineure. Prenons comme exemple
la gamme de LA majeur que nous venons de voir :
Chaque gamme majeure contient, à l’intérieur d’elle, une gamme relative
mineure partant de son 6
e
degré.
Le 6
e
degré de la gamme de LA majeur est FA#. Ce 6
e
degré (FA# dans ce cas)
devient la nouvelle tonique (le 1
er
degré) et on réécrit la gamme en partant de
FA#.
Tu as maintenant la gamme de FA# mineur. Comme tu peux le constater, ce
sont les mêmes notes qui sont utilisées dans les deux gammes, mais avec une
redéfinition de la tonique. Bref, tout ce qui change est le point de stabilité, la
tonique.
Il existe trois types de gammes mineures. Celle que tu vois ci-dessus est une
gamme mineure ancienne. Comme il est mentionné ci-dessus, ce type de
gamme contient exactement les mêmes notes que sa relative majeure.
LA GAMME MINEURE HARMONIQUE
Le deuxième type de gamme mineure s’appelle la gamme mineure harmonique.
Ce type de gamme mineure est créé à partir de la gamme mineure ancienne
avec le 7
e
degré haussé d’un demi-ton.
Le MI est rendu dièse par une altération accidentelle. Ce dièse ne peut être dans
l’armure, puisqu’il n’existe pas dans la tonalité relative majeure.
Réflexion : Pourquoi n’utilise-t-on pas le nom FA au lieu de MI#?
Pour deux raisons.
Premièrement, le nom FA est déjà utilisé sur le 8
e
degré de la gamme. Il ne peut
pas être utilisé sur deux degrés consécutifs (FA suivi de FA# interdit!).
Deuxièmement, si tu utilises le nom FA deux fois de suite, tu vas briser l’ordre
diatonique de la gamme. C’est-à-dire, il faut que chaque nom de note ne figure
qu’une fois dans la séquence. C’est la raison pour laquelle nous avons des
équivalents enharmoniques pour les noms des notes.
LA GAMME MINEURE MÉLODIQUE
Le troisième type de gamme mineure s’appelle la gamme mineure mélodique.
Ce type de gamme mineure est aussi créé à partir de la gamme mineure
ancienne, mais cette fois ce sont les 6
e
et 7
e
degrés qui sont haussés d’un demi-
ton quand la gamme monte (gamme ascendante) et retournés à leur état naturel
quand la gamme descend (gamme descendante).
Le RÉ et le MI sont rendus dièse par une altération accidentelle.
ET
Comme dans la gamme harmonique, ces altérations ne peuvent être ajoutées à
l’armure, puisque celle-ci doit rester conforme à sa gamme relative majeure. Ces
deux altérations sont annulées lorsque la gamme descend, les remettant ainsi à
leur état naturel. Remarque, cependant, que si ces noms avaient été dièse ou
bémol par l’armure avant l’altération, ils reviendraient à leur nom dièse ou bémol.
Voici la gamme de SOL# mineur ancienne. Comme elle est la gamme relative
mineure de SI majeur, elle utilise la même armure que cette dernière (SI majeur).
Nous voulons la transformer en gamme mineure mélodique. Nous allons alors
hausser les 6
e
et 7
e
degrés d’un demi-ton en montant (gamme ascendante) et les
remettre à leur état naturel, selon l’armure originale, en descendant (gamme
descendante). Voici le résultat :
Comme tu peux le constater, le 6
e
degré MI est rendu dièse lorsqu’il est haussé
d’un demi-ton, et le 7
e
degré FA# est rendu double dièse lorsqu’il est haussé
d’un demi-ton.
Réflexion : Pourquoi un double dièse?
Simplement parce que la note FA est déjà dièse dans l’armure. Comme tu ne
peux pas changer son nom pour SOL (qui serait un demi-ton en haut de FA#), tu
dois lui donner un nom qui la montera d’un demi-ton sans changer l’ordre
diatonique des noms.
Lorsque tu descends, tu remets FA
X
à son état normal, qui est FA# (tel qu’il est
dans l’armure) et MI# à son état normal, qui est MI bécarre.
EXERCICES
JEU
Pour chaque module, gle le niveau de
difficulselon tes habiletés. Note ton
progrès
dans ton journal de bord.
Tu peux sauvegarder ta partie et accumuler des
points pour débloquer des jeux cadeaux.
LES ACCORDS
THÉORIE
Un accord est un ensemble de trois notes ou plus jouées en même temps. Il
existe plusieurs types d’accords, chacun construit selon un modèle particulier.
Les plus connus sont l’accord majeur et l’accord mineur. Voici une liste partielle
de quelques modèles d’accords. Dans la liste, , et devant un chiffre
signifient qu’il faut altérer cette note tel qu’indiqué.
Tous les accords peuvent être
construits tout simplement en
prenant la gamme majeure
portant le même nom que
l’accord et en y appliquant le
modèle désiré.
COMMENT CONSTRUIRE UN ACCORD
EXEMPLE - POUR CONSTRUIRE L’ACCORD DE SOL MAJEUR :
1. Le type d’accord que tu veux construire est majeur. Donc tu utilises le
modèle pour un accord majeur qui est 1 3 – 5. Puisque l’accord que tu
veux construire est fondé sur SOL, on donne à la note SOL le rôle de
fondamentale.
Tu trouves ta gamme de SOL majeur.
2. Tu prends les 1
er
, 3
e
et 5
e
degrés de cette gamme et
tu les réinscris ensemble sur le même temps.
3. Voici ton accord de SOL majeur, tiré de la gamme
majeure du même nom.
EXEMPLE CONSTRUIRE L’ACCORD DE SOL MINEUR :
1. Le type d’accord que tu veux construire est mineur. Le modèle pour un
accord mineur est 1 - 3 – 5 de la gamme majeure.
2. Tu trouves ta gamme de SOL majeur.
3. Tu prends les 1
er
, 3
e
et 5
e
degrés de cette gamme et tu les
réécris ensemble sur le même temps. Puisque le modèle
mineur t’indique un bémol au troisième degré ( 3), tu dois
baisser cette note d’un demi-ton.
4. Voici ton accord de SOL mineur, tiré de la gamme de SOL
majeur et modifié selon le modèle de l’accord mineur (avec
la baisse d’un demi-ton appliquée au 3
e
degré).
Réflexion : Qu’arrive-t-il lorsque j’ai un modèle avec un degré qui
est double bémol ( ), comme dans le cas du modèle de l’accord septième
diminué? Je voudrais construire l’accord de RÉ°7. Comment dois-je faire?
Puisque signifie « doble bémol », il faudra baisser le degré qui suit le de
deux demi-tons, donc d’un ton. Regarde le modèle pour l’accord de septième
diminué (1 - 3 - 5 - 7). Tu veux construire l’accord de RÉ°7. Ta
fondamentale est donc RÉ, alors tu vas chercher tes notes sur la gamme de RÉ
majeur.
Degré 1 sur RÉ majeur = RÉ
Degré 3 sur RÉ majeur = FA (bécarre, et
non dièse comme indiqué dans l’armure,
puisqu’il doit être bémolisé)
Degré 5 sur RÉ majeur = LA (bémol,
puisqu’il est bémolisé)
Degré 7 sur RÉ majeur = DO (il est DO#
dans l’armure, bémolisé une fois, il devient
DO bécarre, bémolisé une deuxième fois, il
devient DO )
RAPPEL IMPORTANT
Un accord est un ensemble de trois notes ou plus jouées
en même temps.
AUTRES EXEMPLES :
Tu veux
l’accord
de…
Tu prends …
Tu
appliques
le
modèle…
Tu te retrouves
avec…
DO
majeur
1 - 3 - 5
majeur
1 - 3 - 5
DO
mineur
1 - b3 - 5
mineur
1 - b3 - 5
SOL
majeur
1 - 3 - 5
SOL
mineur
1 - b3 - 5
Tu veux
l’accord
de…
Tu prends …
Tu
appliques
le
modèle…
Tu te
retrouves
avec…
DO7
1 - 3 - 5 - b7
DOm7
1 - b3 - 5 - b7
DOº7
1 - b3 - b5 - bb7
RÉ7
1 - 3 - 5 - b7
RÉm7
1 - b3 - 5 - b7
Rɺ7
1 - b3 - b5 - bb7
EXERCICES
Choisis un niveau de difficulté et position
fondamentale et monte le niveau selon tes
habiletés. Note ton progrès dans ton
journal de bord.
LES INTERVALLES
THÉORIE
Un intervalle est la distance qui sépare deux notes. Un intervalle est défini selon
deux paramètres : La distance et la qualité.
Un intervalle peut être soit harmonique soit mélodique.
Si les deux notes de l’intervalle sont jouées en même
temps, l’intervalle est harmonique.
Si les deux notes de l’intervalle sont jouées l’une
après l’autre, l’intervalle est mélodique.
LA DISTANCE
On mesure la distance d’un intervalle en comptant le nombre d’étapes à
franchir entre les deux notes. En comptant cette distance, tu dois tenir compte
du point de départ par rapport à lui-même comme distance de 1 (unisson).
Voici les mots qui correspondent à chaque distance :
Tous les intervalles que tu as vus jusqu’à maintenant ont la note DO comme note
de base (fondamentale), mais tu peux avoir n’importe-laquelle note comme note
fondamentale. Un intervalle est la distance entre deux notes qui se suivent. La
règle est de simplement commencer à compter la distance à partir de la note
basse en montant vers la note haute. Si c’est la même note, c’est alors identifié
comme une distance d’un unisson.
Réflexion : Qu’est-ce que je fais si ma première
note est plus haute que ma deuxième note dans un
intervalle mélodique?
Tu dois toujours mesurer à partir de ta note basse. Dans cet exemple, ta note
basse est LA, donc tu commences à compter la distance de LA en montant vers
la note haute, qui dans cet exemple serait MI.
LA SIDOMI : Tu as franchi cinq étapes, alors la distance de ton
intervalle est d’une quinte.
ET
THÉORIE
EXERCISES
JEU
La première partie de ce
module interactif porte sur le
concept de distance.
LA QUALITÉ
La façon la plus facile d’identifier la qualité d’un intervalle est de comparer la note
haute de l’intervalle à son appartenance dans la gamme majeure de la note
basse.
La qualité d’un intervalle peut être majeure (M), mineure (m), augmentée (aug),
diminuée (dim) ou juste (J).
Nous utilisons toujours les abréviations M pour « majeure », m pour « mineure »,
aug pour « augmens », dim pour « diminuée » et J pour « juste ».
Voici les règles pour identifier la qualité d’un intervalle :
Majeure : Quand la note haute appartient à la gamme majeure de la
note basse. Cette règle s’applique à tous les intervalles, sauf à l’unisson,
la quarte, la quinte et l’octave.
Mineure : Quand la note haute est un demi-ton plus bas qu’elle serait
dans la gamme majeure de la note basse. Cette règle s’applique à tous
les intervalles, sauf à l’unisson, la quarte. La quinte et l’octave.
Augmentée : Quand la note haute est un demi-ton plus haut qu’elle
serait dans la gamme majeure de la note basse. Cette règle s’applique à
tous les intervalles.
Diminuée : Pour les intervalles de seconde, de tierce, de sixte et de
septième, c’est lorsque la note haute est de deux demi-tons (un ton)
plus bas qu’elle serait dans la gamme majeure de la note basse. Pour les
intervalles d’unisson, de quarte, de quinte et d’octave, c’est lorsque la
note haute est un demi-ton plus bas qu’elle serait dans la gamme
majeure de la note basse.
Juste : Quand la note haute appartient à la gamme majeure de la note
basse. Ne peut s’appliquer qu’aux intervalles d’unisson, de quarte, de
quinte et d’octave.
Voici un tableau qui t’indique toutes les qualités possibles pour chaque intervalle
et comment les changements de demi-tons (entre parenthèses) affectent leur
qualité.
Unisson (1) dim (-2) J aug
Seconde (2) dim (-2) m(-1) M aug (+1)
Tierce (3) dim (-2) m(-1) M aug (+1)
Quarte (4) dim (-2) J aug (+1)
Quinte (5) dim (-2) J aug (+1)
Sixte (6) dim (-2) m (-1) M aug (+1)
Septième (7) dim (-2) m (-1) M aug (+1)
Octave (8) dim (-2) J aug (+1)
EXPLICATION DU TABLEAU SUMÉ DES RÈGLES À RETENIR
Si la note haute appartient à la gamme majeure de la note basse,
l’intervalle est de qualité majeure (M) ou juste (J).
Si la note haute est un demi-ton plus bas que majeure (M), l’intervalle
est mineur (m).
Si la note haute est un demi-ton plus bas que juste (J), l’intervalle est
diminué (dim).
Si la note haute est un demi-ton lus bas que mineure (m), l’intervalle est
diminué (dim).
Si la note haute est un demi-ton plus haut que majeure (M) ou juste
(J), l’intervalle est augmenté (aug).
Les intervalles justes (J) n’ont pas d’état majeur ou mineur. Ils vont
directement de justes à diminués ou augmentés.
Exemples :
Puisque la note basse dans cet intervalle est SOL,
nous utilisons la gamme de SOL majeur comme
point de férence pour identifier sa qualité.
La note haute, DO, appartient à la gamme de SOL
majeur, et elle est à une distance d’une quarte de la
note basse. Donc, cet intervalle est d’une quarte juste (4J).
Puisque la note basse dans cet intervalle est SOL, nous utilisons encore la
gamme de SOL majeur comme point de référence pour identifier sa qualité.
La note haute est Sib. Dans la gamme de SOL
majeur, la note SI est bécarre (normale). La note
haute de cet intervalle est donc un demi-ton plus
bas qu’elle est dans la gamme majeure de SOL
majeur. Puisque la distance de cet intervalle est
d’une tierce, il s’agit alors d’une tierce mineure (3m).
La note basse de cet intervalle est MIb, donc nous utilisons la gamme de MIb
majeur comme point de référence pour identifier sa qualité.
La note haute est SI. Dans la gamme de MIb
majeur, la note SI est bémol (Sib). La note haute de
cet intervalle est donc un demi-ton plus haut qu’elle
est dans la gamme de MIb majeur. Puisque la
distance de cet intervalle est d’une quinte, il s’agit
alors d’une quinte augmentée (5aug).
Dans cet intervalle, la première note est plus haute que la deuxième. Souviens-
toi que tu dois toujours utiliser la gamme majeure de la note basse de ton
intervalle comme point de référence pour identifier sa qualité. La note basse
dans cet intervalle est MI. Nous utilisons donc la gamme de MI majeur comme
point de référence pour identifier sa qualité.
La note haute est DO#. Dans la gamme de MI
majeur, la note DO est dièse, donc notre note haute
appartient à la gamme majeure de la note basse.
Puisque la distance de cet intervalle est d’une sixte,
il s’agit d’une sixte majeure (6M).
ET
Réflexion : Mais qu’est-ce que je fais
s’il n’existe pas de gamme majeure qui
commence sur ma note basse, comme dans cet
exemple?
La solution est simple. Oublie temporairement l’altération sur la note basse (RÉ#)
et utilise la gamme de RÉ majeur comme point de référence. Dans la gamme de
RÉ majeur, FA est dièse. Le FA que tu as ici est un demi-ton plus bas qu’il est
dans la gamme de RÉ majeur. Il s’agit alors d’un intervalle d’une tierce mineure
(3m). Maintenant replace le dièse sur ta note RÉ, ce qui va rapprocher l’intervalle
d’un demi-ton. Une tierce mineure moins un demi-ton te donne une tierce
diminuée (3dim).
THÉORIE
EXERCICES
Étudie ce module complet en portant une
attention particulière à tous les exemples
interactifs.
Choisis le type d’intervalle ainsi que les
intervalles à inclure dans ton quiz. Note
ton progrès dans ton journal de bord.
EXERCICES
JEUX
Tu peux sauvegarder ta
partie et continuer à jouer
plus tard sans devoir
recommencer du début.
Tu dois frapper sur les boites contenant
uniquement des noms d’intervalles qui sont
valides.
LA GUITARE
THÉORIE
La guitare est un instrument à cordes avec un manche sur lequel on appuie,
avec les doigts de la main gauche, les cordes contre des frettes et un corps sur
lequel on pince ou on gratte les cordes avec les doigts ou avec un plectre dans
la main droite.
Il existe aujourd’hui plusieurs variétés de guitares, en allant de guitares à six
cordes en nylon jusqu’à des guitares électriques à deux manches.
TYPES DE GUITARES
La guitare classique
La guitare classique a six cordes fabriquées en nylon.
Tu joues de l’instrument en pinçant les cordes avec les doigts de
la main droite.
Il est préférable de jouer de la guitare classique en position assise
avec le corps de l’instrument placé entre les jambes.
Le manche de la guitare classique est plus large et plus court que
le manche des autres types de guitares. Son corps est également
plus petit.
Les doigtés de la main droite sont indiqués par les lettres P
(pouce), I (index), M (majeur) et A (Annulaire).
Comme son nom l’indique, c’est l’instrument de choix pour la
musique classique.
La guitare acoustique
La guitare acoustique est souvent appelée guitare sèche.
Elle a six cordes fabriquées en métal.
Tu joues de l’instrument avec un plectre, que tu tiens dans la
main droite.
Avec le plectre, tu peux gratter toutes les cordes en même
temps pour joue des accords ou une à la fois pour jouer une
mélodie.
On joue la guitare acoustique debout avec une bretelle ou en
position assise, avec le corps de l’instrument sur la cuisse
droite.
Ce type de guitare est utilisé pour tous les genres de musique,
spécialement la musique folklorique et la musique populaire.
La guitare électrique
La guitare électrique a six cordes fabriquées en métal.
Tu joues de l’instrument avec un plectre que tu tiens dans la main
droite.
Comme pour la guitare acoustique, tu peux, avec le plectre,
gratter toutes les cordes en même temps pour jouer des accords
ou une corde à la fois pour jouer une mélodie.
On joue plus souvent de la guitare électrique debout avec une
bretelle.
Le son est amplifié et il est souvent transformé par des effets
électroniques de distorsion, d’écho, de réverbération et une foule
d’autres effets qui peuvent être ajoutés selon les gouts et les
styles.
Ce type de guitare est utilisé le plus souvent pour la musique
populaire et la musique rock.
LE MANCHE ET LES CORDES
Si tu regardes le manche de ta guitare de face, les cordes sont numérotées de
gauche à droite : 6-5-4-3-2-1. Quand tu tiens la guitare en position pour jouer, la
corde en haut est la sixième corde. Ce tableau représente un diagramme de
tablature de guitare.
L’ACCORDAGE DES CORDES SUR L’INSTRUMENT
L’accordage des cordes peut se faire par oreille, à l’aide d’un diapason ou avec
un appareil d’accordage électronique.
L’accordage avec un diapason est la moins dispendieuses, mais elle
demande une bonne oreille parce que le diapason t’indique
uniquement une note de référence (habituellement la note LA 440hz
la 5
e
corde), et tu dois ensuite accorder les autres cordes à partir
de ta 5
e
corde.
L’accordage avec un accordeur électronique est beaucoup
plus facile à réaliser, mais est un peu plus dispendieux, car
un accordeur coûte un peu plus qu’un diapason. Pour
accorder avec un accordeur électronique, tu n’as qu’à jouer
la corde que tu veux accorder et l’accordeur t’indique
ensuite si cette note est en accord ou si elle est trop aig
ou grave.
Sur un accordeur électronique, le nom des notes est représenté par les lettres
E(MI), A(LA), D(RÉ), G(SOL), B(SI) et E(MI).
Ce tableau représente les notes auxquelles chacune des cordes ouvertes doit
être accordée :
LA POSITION DES DOIGTS
Sur le manche, tu places les doigts
de ta main gauche sur la corde et
dans la boîte correspondant à la
note que tu désires jouer. La
plupart des partitions de musique
populaire utilisent des diagrammes
de tablatures pour indiquer où
placer les doigts de la main
gauche. Il faut interpréter ce
diagramme comme s’il était le
manche de la guitare, vu de face.
Les doigts de la main gauche sont
numérotés de 1 à 4, comme dans
cette image.
Exemple :
Le premier diagramme t’indique que tu dois placer l’index (1) de ta
main gauche dans la deuxième boîte sur la sixième corde. Le
chiffre dans le cercle noir représente le doigt avec lequel tu dois
appuyer sur la corde.
Le second diagramme représente l’accord de MI mineur. Il t’indique
que tu dois placer ton annulaire (3) dans la deuxième boîte sur la
cinquième corde et ton majeur (2) dans la deuxième boîte sur la
quatrième corde. Les « o » au-dessus du diagramme t’indiquent
que ces cordes doivent être jouées à vide (ouvertes, avec aucun
doigt appuyé dessus). Dans ce diagramme, les sixième, troisième,
deuxième et première corde sont jouées ouvertes.
COMMENT JOUER DES ACCORDS EN LISANT LES TABLATURES
Les diagrammes de tablature ne remplacent pas une bonne formation théorique
en musique. Par contre, ils motivent un débutant de commencer à jouer des
chansons rapidement avec un effort moindre. La lecture des accords par
diagrammes de tablatures est très simple. Il suffit simplement de connaître ces
quelques petites règles de base :
Sur le diagramme, les cordes sont indiquées dans l’ordre
6-5-4-3-2-1, comme si tu regardais la manche de ta
guitare de face.
Le pointe avec le chiffre t’indique trois choses :
o La corde sur laquelle tu dois appuyer;
o La boîte où tu dois appuyer;
o Le doigt avec lequel tu dois appuyer.
Un « X » au-dessus du diagramme t’indique d’éviter de
jouer cette corde quand tu joues (frotte) l’accord. Dans
cet exemple, tu éviterais de jouer la sixième corde.
Un « o » au-dessus du diagramme t’indique de jouer
cette corde à vide (ouverts) lorsque tu joues l’accord.
Dans cet exemple, tu jouerais les première et troisième
cordes ouverts.
ATTENTION : Les chiffres dans les points représentent les doigtés et
non les cordes. Les cordes sont les lignes verticales sur lesquelles les
points se trouvent.
Un barré signifie que tu dois jouer toutes les cordes
indiquées avec le même doigt, placé comme une
barre à travers les boîtes.
6 5 4 3
2
1
Certains accords présentent un chiffre en haut
et à droite de la première boîte. Ce chiffre est
un indicateur de frette. Il t’indique le numéro
de la boîte représenté par la première rangé du
diagramme. Dans cet exemple, il t’indique que
la première boite du diagramme est la
cinquième boîte sur le manche de ta guitare.
Assure-toi d’appuyer bien solidement sur les
cordes pour qu’elles vibrent librement. Les
accords barrés demandent un peu de pratique
avant de bien les maîtriser. C’est avec la
patience et la pratique que tu deviendras un bon
ou une bonne guitariste.
Explorer ces modules interactifs
pour comprendre les concepts
et techniques en lien avec
l’accordage d’un instrument.
Explorez ce module interactif que contient des
animations de la lecture des tablatures ainsi qu’un
dictionnaire d’accords pour la guitare.
EXERCICES
JEUX
Développe ta perception auditive afin d’améliorer ton
habileté d’entendre et d’accorder l’instrument.
Choisis le niveau qui te convient et note ton progrès
dans ton journal de bord.
Utilise cette application pour
pratiquer ton accordage sans aucun
danger de briser une corde !
Tous ces jeux t’aident à développer ton
oreille musicale et ton habileté de visualiser
la hauteur des sons. Pour bien apprécier ces
jeux, prends le temps de lire les instructions
pour chacun d’eux.
Tu peux sauvegarder ta partie et
continuer à jouer plus tard sans devoir
recommencer du début.
LES NOTES SUR LE MANCHE
COMMENT JOUER DES GAMMES EN SUIVANT LES TABLATURES
La guitare est un instrument sur lequel tu peux facilement jouer des formes
transposables. Cela veut dire que tu peux facilement changer une mélodie d’une
tonalité à l’autre tout simplement en changeant la position de ta forme sur le
manche. Tant que tu resteras dans la même forme, ta mélodie restera pareille
dans toutes les tonalités.
Une mélodie est toujours basée sur une ou plusieurs gammes. Nous allons voir
les formes pour la gamme majeure. La gamme mineure naturelle et la gamme de
« blues ». Ces trois types de gammes peuvent être utilisés pour créer tous
genres de mélodies.
LES FORMES POUR LA GAMME MAJEURE
La gamme majeure est l’une des gammes la plus utilisée en musique. Voici une
forme de la gamme majeure qui a sa tonique sur la sixième corde.
Les diagrammes de tablatures pour les gammes se lisent comme ceux pour les
accords, sauf que tu dois placer les doigts pour jouer les notes une à la fois. Les
cercles noirs t’indiquent là où se trouve la tonique (la première note de ta
gamme).
Quand tu joues une de ces tablatures, utilise le doigté indiqué dans les cercles.
Réflexion : Comment puis-je transposer cette gamme pour la
jouer dans une autre tonalité?
Tu dois simplement changer la boîte de départ par celle qui est sur la note de la
tonalité que tu désires jouer. Voici un tableau pour te donner quelques exemples.
La forme
Tu veux jouer la gamme
de…
Tu commences à jouer
avec ton 2
e
doigt dans la…
SOL majeur
LA majeur
DO majeur
RÉ majeur
3
e
boîte
5
e
boîte
8
e
boîte
10
e
boîte
Tous les autres doigts dans la forme se déplacent afin de rester à la même
distance et dans la même position par rapport au point de départ. Dans le
tableau que tu vois ici, par exemple, lorsque tu joues la gamme de SOL majeur,
ton 2
e
doigt commence dans la 3
e
boîte de la 6
e
corde et est suivi du 4
e
doigt
dans la 5
e
boîte de la 6
e
corde, etc.
SI tu joues la gamme de LA majeur, ton 2
e
doigt commence dans la 5
e
boîte de
la 6
e
corde suivie du 4
e
doigt dans la 7
e
boîte de la 6
e
corde, etc. Tous les autres
doigts glissent à leur nouvelle position selon le point de départ de ta forme.
.
Voici une autre forme pour jouer la gamme
majeure, mais cette fois avec la tonique sur la
5
e
corde. Cette forme serait utile pour jouer la
gamme majeure dans les tonalités trop haute
pour la sixième corde.
LES FORMES POUR LA GAMME MINEURE NATURELLE
La gamme mineure naturelle est très utilisée dans tous genres de musique, de la
musique classique à la musique populaire. Voici deux formes pour jouer cette
gamme, une avec la tonique sur la sixième corde et l’autre avec la tonique sur la
cinquième corde.
LES FORMES POUR LA GAMME DE « BLUES »
Cette gamme est très utilisée dans le jazz ainsi que dans la musique rock. Elle
est idéale pour improviser en solo. Voici deux formes pour jouer cette gamme, et
une avec la tonique sur la sixième corde et l’autre avec la tonique sur la
cinquième corde.